Interview : Partir Au Pair aux Etats-Unis

14

Envie d’évasion ? D’un temps de réflexion qui permette d’enrichir son CV ? Envie de perfectionner son anglais ? De partir découvrir les États-Unis sans se ruiner ? Si les enfants et les nouvelles aventures ne te font pas peur, alors travailler comme au pair est peut-être la solution pour toi !

Nous avons donc interviewé Julie qui a été jeune fille au pair pendant deux ans aux États-Unis. Nous lui avons poser toutes les questions que toi lecteur pourrait avoir sur cette expérience bien particulière :

Salut Julie ! Raconte nous ce qui t’a poussé à vouloir devenir jeune fille au pair ?

J’ai raté ma deuxième année de fac d’anglais et j’avais besoin de changer d’air. Comme j’avais de l’expérience en garde d’enfants et que j’ai toujours rêvé de visiter les USA, la décision a été vite prise. C’est aussi une de mes amies du lycée qui m’a donné envie de tenter l’expérience, elle avait déjà été jeune fille au pair en Floride et à New York durant deux étés.

Es-tu passée par un organisme spécialisé ou t’es-tu débrouillée toute seule ? Pourquoi ?

Je suis passée par Euro Pair Service, à Paris, qui travaille avec Au Pair In America. C’est plus simple de passer par un organisme, ils t’expliquent très bien toutes les choses à faire, les papiers à remplir et ça va beaucoup plus vite. Je pense que pour partir un an ou plus, il est conseillé de passer par une agence. Cela permet d’être suivi une fois là-bas si on a besoin d’aide ou autre.

Quelles conditions faut-il remplir pour être au pair ?

Si je me souviens bien il faut avoir plus de 18 ans, avoir son permis de conduire, avoir son bac, être libre au moins un an. Être non-fumeur est un plus ! Il faut aussi avoir au moins 200 heures de babysitting (hors cadre familial), avoir un niveau d’anglais intermédiaire… et être motivé !

As-tu déjà rencontré des garçons au pair ou est-ce une activité qui semble être exclusivement réservée aux femmes ?

L’agence avec laquelle je suis partie prenait des hommes au pair au début… Mais plus maintenant à ma connaissance. Peut-être parce que moins de garçons veulent faire cette expérience, ou peut-être parce que les familles préfèrent prendre des filles… Mais je dois dire que le petit garçon que je gardais à New York aurait été plus en phase avec un au pair masculin ! Il était très sportif, adorait les jeux vidéo… et détestait tous les arts and crafts (loisirs créatifs) que je lui proposais. Il aurait adoré un garçon pour courir partout et qui aurait peut-être mieux compris ses centres d’intérêt. Je n’ai jamais rencontré de garçons au pair mais, je sais qu’il y en a et je pense qu’ils ont aussi leur place dans l’au pairing !

Combien de temps prend la procédure, le montage du dossier avant de savoir s’il est validé ou pas ? Est-ce une procédure compliquée ?

Il faut recueillir des lettres de recommandation d’anciens employeurs ou maitres de stage (deux ou trois). Cette phase peut prendre un peu de temps. Il y a bien entendu pas mal de papiers à remplir, on doit écrire une lettre de motivation et faire un montage photo pour montrer un peu qui on est. Dès que ce dossier est monté, il part dans l’agence que vous avez choisie et ensuite on y passe une interview pour prouver son niveau d’anglais, ainsi qu’un test de personnalité. Enfin, tout ça part au bureau de Londres pour Au Pair in America qui le traite et le fait passer dans des familles américaines qui cherchent une jeune fille au pair. Je pense que cette procédure peut prendre entre 3 semaines et un mois.

Ce n’est pas compliqué, juste un peu long de remplir tous les papiers. Mais si on s’y prend à l’avance, il n’y a aucun problème !

Comment se déroule l’attribution d’une famille américaine ?

Ton profil passe de famille en famille. Si l’une d’entre elles est intéressée, elle rentre en contact avec toi, par téléphone d’abord pour te poser plein de questions. Toi aussi tu as le droit de poser toutes les questions que tu souhaites. Puis, s’ils décident de te choisir pour que tu deviennes leur jeune fille au pair, ils te le disent. Mais au final, c’est toi qui décide ! Tu peux avoir plein d’appels d’un seul coup, ou petit à petit. Avant de partir, j’ai eu des appels de 5 familles différentes avant de prendre une décision. L’année d’après, quand j’ai décidé de repartir mais dans une autre famille, j’ai eu une vingtaine d’appels. C’est ça qui est bien, au final c’est toi qui décide où tu vas. Et si jamais ça ne marche vraiment pas avec la famille que tu as choisi, il y a toujours le « rematch« , où l’agence t’aidera à trouver une autre famille.

Quel est le coût financier d’un séjour au pair aux États-Unis ? Quel est le salaire minimum garanti ? Quels frais de la vie quotidienne sont à la charge de la jeune fille au pair ? De la famille d’accueil ?

Le coût financier est surtout avant de partir. Il y a les frais d’interview à régler à l’agence, les frais de programme qui sont obligatoires pour toute demande de visa car il faut prouver qu’on a pris une assurance qui est assez couteuse (550 euros), puis les frais de visa (130 euros). Mais c’est tout ! Le billet d’avion est payé par l’agence, on est logé et nourri par la famille qui est obligée de te loger dans une chambre individuelle. Le salaire minimum est de $195.75 par semaine et on a droit à $500 de bourse d’études par contrat effectué. La famille doit aussi te payer le transport pour aller suivre tes cours (du moins c’était le cas quand j’étais dans le programme). Sont à tes frais tous les «outings» (sorties ciné, centre commercial, café/restaurant, etc…), les achats personnels et les voyages que tu décides de faire sur ton temps libre. Si la famille part en vacances et souhaites que tu travailles pendant cette période, elle t’emmène avec elle à ses frais. Tu as aussi droit à deux semaines de congés payés par an.

Quelles sont les responsabilités de l’au pair ? Doit-elle s’occuper d’autre chose que des enfants de la famille d’accueil ? Comment se déroule une journée typique ?

Les responsabilités de l’au pair sont en fonction de l’âge des enfants. Je ne me suis occupée que de « grands » entre 8 et 10 ans. Donc la journée type consiste à les préparer pour aller à l’école, les amener à l’école, aller les chercher, les aider avec leurs devoirs, les amener au sport ou activités après l’école. Les faire manger le soir en fonction de l’heure à laquelle rentrent les parents. En fait, on doit s’occuper de tout ce qui touche aux enfants : leur linge, faire le ménage de leur chambre et de leur salle de jeux s’il y en a une (et en général il y en a une !) mais c’est tout. Tu n’es pas là pour faire le ménage des parents ou du reste de la maison. Si tu veux donner un coup de main pas de soucis, les parents apprécieront mais tu ne deviens pas leur femme de ménage ! Tu dois bien sûr t’occuper de tes affaires et du ménage de ta chambre. Mais si tu as du temps libre dans la journée c’est aussi pour suivre les cours (tu es obligé de prendre des cours et de valider 6 crédits dans l’année, 12 pour les Educare, un programme au pair où tu as moins d’heures avec les enfants et plus d’heures en cours), et pour visiter, rencontrer des gens, te faire des amis et profiter de la culture américaine. Tu ne dois pas travailler plus de 10 heures par jour et pas plus de 50 heures par semaine. Tu as aussi droit à un weekend complet par mois (du vendredi soir au lundi matin).

Combien de temps as-tu été jeune fille au pair au total ? Où étais-tu aux États-Unis ?

De septembre 2008 à juin 2010 : un an à Douglaston dans le Queens, New York, puis 9 mois à Hanover (au Sud de Boston) dans le Massachusetts.

Anecdote sympa : j’ai pu voir plusieurs tournages de films dans la rue où j’habitais à Douglaston : « Going the Distance » avec Drew Barymore et Justin Long ou « The Rabbit Hole » avec Nicole Kidman entres autres..!

De manière générale, comment se sont déroulées tes expériences ? En gardes-tu un bon souvenir ?

De ma première année, je garde de très bon souvenir des moments passés à l’extérieur de la famille. J’ai adoré New York et m’y balader tout le temps, j’ai fait aussi plusieurs voyages autour de New York. Mais je garde une certaine amertume envers cette première famille. J’étais leur première jeune fille au pair et ils n’y connaissaient pas grand-chose, ils s’imaginaient que je devais tout faire. De plus, je vivais avec le petit garçon, ses parents et ses grands-parents car la construction de leur maison était en cours. Beaucoup trop de monde dans la même maison !

Mais de ma deuxième famille, j’en garde un bien meilleur souvenir ! J’ai tout de suite accroché avec eux, des gens adorables et le cœur sur la main. Depuis que je suis rentré en  juin 2010, je passe deux heures par semaine sur Skype avec la petite fille que je gardais pour continuer à lui faire parler français (elle devenait trop grande pour continuer à avoir un(e) au pair 24h/24 avec elle !). Comme ça a bien collé entre nous, je suis sa prof à distance ! On a aussi passé une semaine de vacances dans le Colorado en juillet 2011 et deux semaines à faire le tour de la France en juin 2012. Ils sont devenus ma deuxième famille !

J’ai vraiment aimé pouvoir voyager partout aux USA pendant mon séjour, entre la Californie et Hawaï, il n’y a pas à dire, je me suis bien amusée !

Avec le recul, y a-t-il des questions que tu n’as pas pensé à poser à ta potentielle famille d’accueil, mais qui te sembleraient aujourd’hui primordiales ?

Non pas vraiment… Parce que même si tu penses à poser toutes les questions qui te semblent importantes, tu ne connais réellement les gens qu’en vivant avec eux. Mais j’avoue qu’à choisir, il vaut peut-être mieux aller vers une famille qui a de l’expérience avec les jeunes filles au pair car ils savent comment ça marche et les limites à ne pas franchir. Mais tout le monde doit se lancer un jour. Ça fait parti du challenge !

Qu’est ce qui est le plus enrichissant dans l’expérience de jeune fille au pair ?

Les gens que tu rencontres et les endroits que tu visites sont le plus enrichissant. Surtout ne pas rester enfermé par peur de se perdre ou de ne pas réussir à communiquer si ton niveau d’anglais n’est pas parfait. Ce qui est bien avec les agences au pair, c’est que tu fais partie d’un « cluster », un groupe d’aux pairs qui habitent dans le même coin. Tous les mois, il y a des réunions de cluster avec ton conseiller, ce qui permet de rencontrer les autres filles et de poser des questions si tu as des soucis avec ta famille, et surtout de te faire des amis pour voyager ! J’ai rencontré « ma pote de voyage » Élodie quand j’ai pris l’avion à Bordeaux pour New York. Elle allait dans une famille à côté de Philadelphie, mais ça n’a pas empêché qu’on voyage ensemble et qu’on se voit régulièrement.

J’ai aussi adoré voyager seule car ça t’oblige à t’ouvrir aux autres et à discuter. A Hawaï, quand j’ai pris un vieux bus pour aller sur une plage perdue sur la côte Nord de Oahu et j’ai été obligée de demander à quel arrêt je devais descendre à un vieux monsieur. Pour continuer la conversation, il m’a demandé d’où je venais et ce que je faisais ici. A la minute où il a su que j’étais française, il n’a pas arrêté de me charrier sur les exploits de notre équipe de foot pendant la Coupe du Monde 2010 !

Ce sont ces petites choses qui m’ont marqué et qui m’ont fait adorer être partie dans l’expérience jeune fille au pair.

Qu’est ce qui est le plus dur à vivre au quotidien ?

Dans ma première famille, c’était la nourriture. Ils mangeaient n’importe comment et ne savaient cuisiner que les mêmes choses over and over again !! Sinon, je dois avouer que je me suis plutôt bien acclimatée à la vie US, mais il m’est arrivé d’être homesick (mal du pays)… et dans ces cas là, vive les colis « Made in France » des parents et des copines !

Quelle est ton meilleur souvenir ? Le pire ?

Le meilleur… Je dirais de pouvoir me balader dans New York avec mon iPod aux oreilles sans avoir à me soucier de rien !

Le pire… Je dirais qu’il a suivi et précédé d’autres très bons souvenirs : un lendemain de soirée trop arrosé à Las Vegas durant laquelle on s’est baladé sur le Strip en limousine avec des amis en faisant presque tous les casinos un par un. Le réveil a été… difficile et douloureux mais heureusement la soirée suivante a été plutôt sympa : j’ai rencontré Simon Collins (le fils de Phil !) et on a passé la soirée avec le groupe au casino Luxor !

Comment s’est passé ton retour en France ? As-tu ressenti un « reverse culture shock » (choc culturel du retour) ?

Non, je n’ai pas trop ressenti de choc culturel à mon retour en France. Je n’ai pas vraiment eu le temps vu que j’ai été occupée tout de suite en rentrant avec la fac et le boulot. Mais il y a plein de choses qui me manquent ! Les petits cafés de Manhattan comme dans la série « Friends », avec des canapés, des livres à emprunter et la bonne odeur de café… Les boutiques de fringues dans lesquelles, si tu as de la chance, tu peux acheter des jeans Levi’s en solde à $10… Les films au cinéma qui sont tous en VO… Les séries US en direct à la TV et pas deux ans après… Les concerts (Nada Surf à Boston où le chanteur me demande de monter sur scène pendant le set)… En bref, plein de trucs propres à la culture US qu’on trouve en France mais difficilement, et encore, seulement dans les grandes villes…. C’est un peu plus dur quand tu vis dans un coin pommé des Landes ou des Pyrénées !

Recommanderais-tu cette expérience aujourd’hui à des personnes qui y songent ? As-tu un conseil pour ceux qui désirent devenir au pair ?

Oh oui, je le recommande sans hésitation. J’ai déjà deux amies qui ont sauté le pas et sont super contentes !

Pour ce qui est du conseil, prenez votre temps pour choisir une famille. Même si les appels ne sont pas super nombreux au début, ça va venir. Essayer de vous y prendre à l’avance pour partir vers le mois d’août, période de la rentrée pour les enfants là-bas et c’est donc à ce moment que les parents cherchent le plus.

Comptes-tu retourner aux États-Unis ?

Je compte y retourner dans les mois qui viennent pour faire un stage en entreprise, si bien sûr je suis acceptée. On verra bien ! Mais j’y retournerai en vacances assez régulièrement quoi qu’il arrive !

Un grand merci à Julie pour avoir pris le temps de répondre à nos nombreuses questions !

En espérant que cette interview t’ait plu ! C’est un job qui te tenterait ? N’hésite pas à nous laisser un commentaire ci-dessous si tu as d’autres questions relatives à l’expérience d’au pair. Ou a nous faire partager ta propre expérience si tu as été au pair, tes motivations, tes freins…

14 commentaires

  1. Flo

    Bonjour,
    Actuellement, je n’ai que 16 ans, mais cela fait un moment que je pense à mes 18 ans à m’inscrire. Seulement, je n’ai pas d’expérience en tant que baby-sitter ( quelques fois, les enfants d’amis à mes parents, mais c’est tout ). Donc, est il possible de pouvoir faire au pair malgré cela ?

    Aussi, mes parents n’était pas vraiment pour que je parte un an, estimant que je  » perdrais  » une année de fac, dans mes études. Donc, est il possible de faire au pair tout en étant inscrite à la fac ?

    Merci beaucoup de vos réponses.

    Flo.

    Répondre
  2. Chloé

    Dans tout les cas, rien n’est perdu. Je n’ai pas fait cette expérience mais j’y songe sérieusement ! Par contre, attends peut-être un peu, je veux dire que partir directement à 18 ans, certes avec un Bac en poche, c’est peut-être un peu jeune. Il est souvent conseillé d’attendre 1 ou 2 ans pour mûrir et gagner en indépendance, car il ne faut pas oublié que tu seras quand même assez loin de chez toi (voire à l’autre bout du monde…).
    En espérant t’avoir un peu aidé 🙂
    Chloé

    Répondre
    • Flo

      D’accord 🙂 Merci 🙂

      Et, est ce que tu connaitrais des personnes ayant vécu cette expérience avec je pourrais en discuter ?

      Merci beaucoup

      Flo.

      Répondre
  3. Chloé

    La soeur d’une amie est fille au pair, mais je ne l’ai jamais rencontré donc ça sera peut-être un peu bizarre si elle reçoit un message d’un inconnu ^^ Mais si tu tapes « forum fille au pair », tu cherches des forums de français à l’étranger etc. dans Google, je pense que tu trouveras pas mal de choses ! 🙂

    Chloé

    Répondre
  4. karelle

    J’espère qu’il n’y a pas des problèmes avec la famille comme les harcèlements ou encore des enfants diaboliques qui te font accusée pour rien comme on voit dans les films…

    Répondre
    • Clark
      Clark

      Il ne faut pas croire tout ce qu’on voit dans les films Karelle… Est ce que quelqu’un qui est parti au pair peut la rassurer en lui racontant son expérience ?

      Répondre
  5. Oriane

    Je suis en première et les cours m’ennui j’espère avoir mon bac l’année prochaine et partir au pair. Je n’ai pas forcément d’expérience en baby-sitting mais je passe mon Bafa. Je ne sais pas si il est facile d’être repris dans les écoles et les facs en revenant mais je pense tenter l’expérience au pair!

    Répondre
    • Clark
      Clark

      Je pense que c’est une très bonne idée Oriane et je te souhaite bonne chance dans tes aventure américaines 🙂

      Répondre
  6. Karelle

    En fait ce sont mes parents qui auront des préjugés. Là je passe mon bac je pense faire aussi le Bafa . je suis inscrite en fac de médecine s’ils ne me prennent pas après le bac, j’irai aux states ! En plus j’ai de la famille là-bas. Reste à convaincre mes parents.
    Bonne soirée
    PS:je suis tellement motivée à y aller que j’apprends l’hymne des USA;)lol

    Répondre
  7. Marine

    Je suis actuellement au pair dans la banlieue de New-York, et bon nombre d’au pairs sont dans des famille fantastiques!
    Je me permettrais juste de donner un conseil, attendez vos 21 ans, c’est-à-dire la majorité américaine, car il peut être très frustrant de se voir refuser l’entrée d’un restaurant ou d’un bar, et croyez-moi la fausse carte n’est pas une bonne idée!

    Répondre
  8. Deleplanque

    Bonjour,

    je vous conseil dans le mesure du possible de faire par vos propres moyens (aupairworld.com est un très bon site).
    Si vous souhaitez passer par une agence, ne passez SURTOUT PAS par europairservice.com:
    -ils m’ont à plusieurs reprises promis un placement, sans jamais ne donner de nouvelles
    -de plus, ils m’ont fait faire des traductions de documents afin de faire valider mon visa, traductions qui n’ont au final jamais servis car en réalité l’ambassade ne demandait pas ces papiers.

    Conclusion: en plus de m’avoir laissé espérer de me trouver une famille (sous 2 semaines m’ont ils dit) ils m’ont fait dépenser pour rien de l’argent dans des documents (car les traductions doivent être faite par un traducteur officiel).

    Attention donc!

    Répondre
  9. miriane

    Bonjour,je me nomme miriane et j’aimerais savoir s’il est possible d’être âgé de 35 ans et être au pair ou encore femme de maison au états unis.Quelle est la procédure si l’on se trouve au Cameroun.Merci

    Répondre
  10. Huet

    Bonjour j’ai la possibilité de partir aux usa dans une famille d’amis français qui m’introduisais dans une high school pour apprendre l’anglais, cela durerait un an. Si je pars ce serait l’année prochaine et j’entrerai donc dans la 12ème graduation qui aboutit au diplôme americain. Je me posais la question suivante:est il possible, selon toi qui connais maintenant le système, de passer/d’obtenir le diplôme américain au bout de l’année étant donner que je n’aurai fait qu’une seule année dans le mode d’éducation américain? Mon but premier est de parler anglais mais après avoir réfléchi je le suis aperçu que le diplôme était à la fin et cela m’a intrigué… Si tu le connais pas la réponse connaîtrais-tu des sites ou des personnes qui pourrait me répondre?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *